Ce qu’il faut savoir sur les oldtimers

Les propriétaires de voitures anciennes ou oldtimers se font un plaisir de reprendre la route dès l’arrivée du printemps. Ces cinq dernières années, leur nombre a augmenté de 50 %. Il en existe toutes sortes de catégories, des modèles d’époque très chers et uniques aux voitures de sport « nostalgiques » en passant par les fourgonnettes branchées. Une chose est sûre : les Belges sont attachés à leurs voitures anciennes.

Lire la suite : Ce qu’il faut savoir sur les oldtimers

  • Créé le .
  • Dernière mise à jour le .

Entrepreneurs, PMEs, nous sommes à vos côtés !

Qui aurait pu croire qu’un virus aurait raison de notre manière de fonctionner et pourrait impacter à tel point notre économie ?

Outre l’impact dramatique sur la santé, sa propagation a engendré un autre impact pour de nombreux chefs d’entreprise : le blocage complet de leur activité avec toutes les conséquences financières que cela implique. Certaines entreprises pourront bénéficier d’aides de l’Etat, pour d’autres, c’est la trésorerie qui risque de trinquer.

Voici quelques points à retenir :

1. Se préparer à faire face à un blocage plus ou moins long de l’activité.

Actuellement aucune assurance ne permet de se couvrir contre le risque de pandémie ou d’épidémie !

Mais d’autres risques, tout aussi imprévisibles peuvent également forcer la fermeture de votre entreprise et vous priver de revenus. Parmi ceux-ci on pourrait mentionner :

  • Un incendie ne permettant plus l’accès au bâtiment.
  • Une tempête
  • Un gros dégât des eaux

Imaginez-vous que votre bâtiment doive être détruit, que vous deviez acheter un nouveau terrain et refaire une demande de permis de bâtir par exemple, cela peut durer largement plus de 12 mois. Beaucoup d’entreprises négligent ces risques de « pertes d’exploitation » qui pourtant peuvent être couverts.

2. Adaptez les contrats en fonction des modifications d’habitude de travail

Vous avez dit télétravail ?
A la demande des autorités, le télétravail a été fortement recommandé. Cela signifie en pratique que des ordinateurs, des téléphones ou d’autres outils informatiques ont été mis à disposition de votre personnel. 

Savez-vous que votre matériel informatique n’est généralement assuré que sur le lieu de travail défini dans le contrat. Il est donc important d’adapter votre police d’assurance pour couvrir le matériel portable utilisé en dehors du bureau et y ajouter éventuellement un volet « casse » accidentelle

Et la sécurité de vos données ?
C’est le deuxième point le plus crucial ! A chaque crise ou période plus agitée, de nombreux hackers se frottent les mains et profitent du climat anxiogène pour tenter de berner les entrepreneurs et leur personnel.

L’ouverture d’un mail malveillant, le vol de données, la contamination de certains de vos clients ou fournisseurs peut aussi vous coûter cher ! La cyber sécurité devrait être une priorité dans les agendas !

3. Faire un audit sur l’ensemble de vos contrats

Faire un point global sur vos contrats après quelques années est recommandé. Cela permet de vérifier que vos garanties sont toujours en phase avec l’évolution de votre activité.

Le monde de l’assurance évolue aussi! Certaines compagnies proposent en effet des contrats mieux adaptés à certaines activités que d’autres. Il est important d’avoir une approche transversale et de comparer ce qui est comparable.

 

 

  • Créé le .
  • Dernière mise à jour le .

La cyber sécurité : l’autre cygne noir

La terrible pandémie du covid-19 nous rappelle à quel point nos sociétés peuvent être déstabilisées par des faits difficiles à anticiper. C’est la définition même du cygne noir, un évènement qui a peu de chances de se produire mais dont les conséquences sont énormes !

Cette crise laissera sans aucun doute des traces et nous force déjà à revoir la manière dont nos entreprises fonctionnent. L’accès à distance, la digitalisation des documents, l’organisation de réunions en ligne sont aujourd’hui d’actualité.

Digitaliser synonyme de risques accrus ?

Stocker des informations sur un outil numérique, qu’il soit local ou dans le cloud, implique forcément une exposition aux hackers plus importantes si des mesures de sécurité ne sont pas prises. La législation sur la protection des données nous rappelle notre responsabilité de chef d’entreprise même si la source est un hacking de votre fournisseur de cloud.

Le hacking, un business plus rentable que la vente de drogue !

Le saviez-vous ? La revente de données et l’extorsion de PME est devenu un business plus rentable et moins dangereux que la vente de drogues ! Les hackeurs profitent en général de failles humaines comme :

  • Le manque de prudence ou la naïveté lors de la consultation de mails
  • Le manque de mise à jour de vos systèmes informatiques
  • L’utilisation de mots de passe communs
  • ……

Et vous êtes à l’abri, vraiment ?

Beaucoup de PME pensent être trop petites que pour susciter un intérêt. C’est une fausse croyance ! En effet, les plus petites entreprises ne disposent en général pas de responsable informatique et sont souvent moins consciente des risques et donc… plus vulnérables. 

Les hackeurs préfèrent gagner 100 fois 20.000 EUR que de tenter le coup de plusieurs millions !

Concrètement, quels risques ?

Il est difficile de lister l’ensemble des risques pour une entreprise. On peut néanmoins relever les plus importants :

  • Le blocage complet de votre outil informatique et ou de production. C’est évidemment une catastrophe et une perte de revenus immédiate pour l’entreprise.
  • L’obligation de payer une rançon (en général le minimum est de 25.000 EUR) afin de débloquer vos systèmes
  • La perte ou le vol de données, ouvrant la voie au chantage et à des amendes d’autorités diverses
  • Le dommage causé à un tiers par le hacking, cela peut être le fournisseur ou le client à qui vous avez transmis le virus et qui devient victime à son tour !
  • Le risque d’image et de réputation qui peuvent nuire à votre politique commerciale

Quelles sont les bonnes pratiques ?

La première bonne pratique, c’est de vérifier régulièrement que tous vos programmes sont à jour et que vous disposez de back up de vos données. Un professionnel pourra vous épauler efficacement sur ce sujet. 

Le deuxième point est de mettre en place des formations à destination de votre personnel afin de sensibiliser tout le monde sur l’impact d’une petite négligence et l’importance d’adopter un comportement responsable.

Finalement, souscrire à une formule d’assurance vous permettra de dormir tranquille pour un prix tout à fait raisonnable. Contacter nous afin d’analyser les différentes garanties possibles et trouver la meilleure protection possible pour votre entreprise !

  • Créé le .
  • Dernière mise à jour le .

Un accident se produit dans un restaurant. Quelle assurance intervient ?

Un petit accident est vite arrivé dans un établissement horeca. Un sol encore humide provoque la glissade d'un client, un serveur distrait renverse sur l'ensemble chic d'une cliente du potage très chaud qui lui occasionne également des brûlures, etc. Comme on le voit, l'exploitant d'un restaurant a tout intérêt à être bien assuré.

Lire la suite : Un accident se produit dans un restaurant. Quelle assurance intervient ?

  • Créé le .
  • Dernière mise à jour le .

Coordonnées

TASSIGNY CHRISTIAN SPRL
Courtier en assurances
Rue de Bastogne, 142
6700 Arlon
FSMA n° 042547 A
Tél 063 22 70 11
contact@tassigny.be

bouton acdcourtalux

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.   Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus     J'ai compris